Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 02 mars 2013

Mairie de Marseille: l'UMPS face à Marseille Bleu Marine

Le Point.fr - Publié le 01/03/2013 

La gauche marseillaise croit à ses chances pour 2014. À condition de ne pas se déchirer pour désigner son candidat.

Patrick Mennucci et Jean-Claude Gaudin, ici en septembre 2012.Patrick Mennucci et Jean-Claude Gaudin, ici en septembre 2012. © Anne-Christine Poujoulat / AFPPar GASPARD DHELLEMMES


Et si la mairie de Marseille devenait le prestigieux lot de consolation du PS pour les prochaines municipales ? Alors que de nombreuses mairies de gauche semblent menacées par l'impopularité du gouvernement, les socialistes de la deuxième ville de France, eux, croient de plus en plus à leurs chances de victoire. Ils parient notamment sur le désir de changement des Marseillais, lassés par un Jean-Claude Gaudin en place depuis 1995. "La gauche a une chance historique à Marseille !" pronostique ainsi Jean-Pierre Mignard, avocat et candidat malheureux dans la ville aux dernières législatives. "Jean-Claude Gaudin ne peut plus être exonéré des difficultés que connaît la ville. Et l'attention que porte le gouvernement à Marseille est ressentie de façon positive par la population", analyse ce proche de François Hollande, en référence au conseil interministériel organisé dans la cité phocéenne en septembre dernier.

 

Les sondages le confirment : le PS est en mesure de l'emporter à Marseille. Une dernière étude réalisée par l'Ifop pour Le JDD donne Jean-Claude Gaudin battu dans tous les cas de figure, quel que soit le candidat socialiste. La droite pâtit de la présence au second tour des listes du Front national menées par Stéphane Ravier, qui sont créditées d'un score élevé. "On ne peut pas tenir compte de ce type de sondages faits au niveau de la ville, du fait de la loi PLM [loi qui impose à Paris, Lyon et Marseille une élection par secteur électoral, NLDR], l'élection à Marseille obéit à une arithmétique très complexe", tient néanmoins à tempérer l'UMP Renaud Muselier, ancien bras droit de Jean-Claude Gaudin. Et le jeune retraité encore influent dans la vie politique marseillaise de préférer railler un PS "incapable d'enlever tous ces pourris condamnés par la justice, avec une complicité globale de toute la classe politique marseillaise".

Des primaires en octobre

Alléchés par l'odeur de la victoire, les candidats se bousculent pour représenter les couleurs de la gauche en 2014. La mise sur la touche de Jean-Noël Guérini, dont l'immunité parlementaire a été levée en décembre 2012, a également libéré les ambitions. Quatre candidats tiennent pour le moment la corde : le président de l'agglomération Eugène Caselli, le député Patrick Mennucci, la sénatrice Samia Ghali et la ministre Marie-Arlette Carlotti. Cette dernière, encore auréolée de sa victoire aux dernières législatives face à Renaud Muselier, semble à l'heure actuelle la mieux placée. 

Pour éviter que les socialistes ne partent à l'élection en ordre dispersé, la direction du PS compte dupliquer au niveau marseillais le dispositif national des primaires qui avait permis la mise sur orbite de François Hollande en 2011. Un processus qui serait contrôlé - comme en 2011 - par une "haute autorité" locale indépendante, dirigée par Jean-Pierre Mignard. "Les candidats peuvent s'entendre et se ranger derrière un candidat unique. Si ce n'est pas le cas, la primaire sera le meilleur moyen d'éviter des conflits aux conséquences dramatiques", résume ce dernier. On ne change pas un dispositif qui gagne...

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.