Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 25 janvier 2013

Deux chances pour Marseille ? Deux salauds pour une famille marseillaise !

Marseille : le mineur responsable de la mort de Maryse jugé aujourd'hui.

laprovence 23/1/13

En janvier 2011, un mineur causait la mort de Maryse, 74 ans, lors d'un vol à l'arraché. Son procès s'ouvre ce matin

C'est le procès de la banalité du mal qui gangrène Marseille depuis trop longtemps. Celui d'une tragédie involontaire mais, pourtant, prévisible. Celui de gamins, pas même majeurs, qui ont ôté la vie en arrachant un sac à main au contenu modeste, un beau matin, à deux pas d'un arrêt de bus, dans les quartiers Nord de Marseille. Pour deux chéquiers, une carte bancaire, un permis de conduire, une carte d'identité et 20 euros, ils n'ont pas hésité à traîner leur proie, repérée quelques instants plus tôt, sur 50 mètres. Quelques jours plus tard, ces gamins du Parc Kalliste apprendront que leur victime avait succombé à un oedème cérébral. Ils apprendront aussi qu'elle s'appelait Maryse Féraud. Et qu'elle avait l'âge de leur grand-mère, 74 ans. Un âge où l'on est censé recevoir de l'aide pour porter ses paquets. Pas mourir, la peau déchirée par le bitume et les os du visage éclatés par la violence de la chute, en allant, tout simplement, faire ses courses.

Aujourd'hui, dans le box de la cour d'assises des mineurs, à Aix-en-Provence, le jeune Anri, à peine 17 ans au moment des faits, devrait expliquer que ce matin-là, ce funeste 19 janvier 2011, il voulait juste le sac de Maryse. Pas sa mort. Avec son complice, le pilote du scooter condamné à 6 ans de prison en mars dernier par le tribunal pour enfants, ils avaient même renoncé à arracher le sac d'une autre dame, présente aussi à l'arrêt de bus du chemin des Bourrely (15e). "Trop fragile", avaient-ils jugé. Malheureusement, Maryse ne l'était guère moins. Plus coriace, peut-être, puisqu'elle s'est cramponnée à son bien jusqu'à la mort. Mais tout aussi vulnérable.

Leur misérable forfait accompli et leur minable butin à la main, ils avaient pris la fuite sans un regard sur leur victime au visage tuméfié. À peine parviendra-t-elle à décrire sommairement ses agresseurs avant d'être hospitalisée et de sombrer dans le coma. Les voleurs de sac, eux, n'attendront pas bien longtemps pour faire fructifier leur butin. Dans la journée, ils tenteront de retirer de l'argent dans plusieurs banques, puis céderont les objets de valeurs à deux petites "frappes", pas bien plus vieilles qu'eux, de leur cité, avant de jeter le sac dans un gymnase désaffecté.

Un appel anonyme avait fourni les noms des deux agresseurs

À l'issue du drame, l'émotion avait été telle que les langues, d'ordinaire paralysées par la peur des représailles, s'étaient rapidement déliées. Un appel anonyme avait, quelques jours après les faits, fourni aux enquêteurs de la brigade criminelle de la sûreté départementale les noms des deux agresseurs ainsi que ceux des deux receleurs. Avec les images captées par les caméras de vidéosurveillance des banques et du centre commercial Grand Littoral, les investigations avaient très vite été concluantes. Le 10 février suivant, les quatre suspects étaient interpellés lors d'une vaste opération de police au Parc Kalliste.

Mis en examen pour "vol avec violences ayant entraîné la mort sans intention de la donner", le pilote du scooter et son passager, l'arracheur du sac, passaient sans difficulté aux aveux, en se renvoyant, toutefois, la paternité du projet. "Ils ont exprimé des regrets et ont affirmé n'avoir jamais voulu tuer cette femme", confiait un des enquêteurs à l'issue de leur garde à vue. Même attitude, en mars dernier, lors du procès du jeune pilote. "Il était à la fois perdu et désemparé, avait noté Me Alain Guidi, un des conseils en partie civile de la famille Féraud. Mais il était aussi arrogant et indifférent. On a éprouvé un sentiment mitigé".

Reste que l'enjeu du procès qui s'ouvre ce matin est de susciter une réelle prise de conscience. Seule victoire de la Justice sur cette violence banale, trop souvent meurtrière. "Qu'ils fassent de la prison ferme, c'est le minimum. C'est impardonnable", lâche Régis Féraud, inconsolable. "Après, insiste-t-il, ça ne fera pas revenir ma mère. Tous les jours, je la pleure."

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.