Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 06 janvier 2013

Les syndicats, agents zélés du sytême.

Un syndicaliste exclu pour avoir soutenu Marine Le Pen

Par lefigaro.frpublié le 06/01/2013


Ce responsable d'une organisation de chauffeurs routiers a pris position dans la presse pour la dirigeante frontiste. Le FN dénonce une exclusion «proprement scandaleuse et injuste».

Dominique Morel l'assurait: «Les responsables de mon syndicat sont plutôt à gauche, mais mon engagement frontiste ne leur pose aucun problème.» Dix jours après avoir accordé une interview dans Le Parisien , où il vantait «le projet politique porté par Marine Le Pen», ce chauffeur routier se retrouve pourtant exclu de son organisation, dont il était secrétaire de la région Sud-Est et négociateur national.

Pour la Fédération nationale des chauffeurs routiers (FNCR), petit syndicat de transports, cette prise de position a été la sortie de trop. Dominique Morel «a dépassé les limites de l'apolitisme que nous demandons à nos membres», affirme Emmanuel Naulin, responsable de la branche transport de marchandises à la FNCR. «Il fait le lien entre le syndicat et son appartenance politique. Or, nos statuts imposent une réserve. Nous n'empêchons personne d'avoir une vie politique mais celle-ci doit rester extérieure au syndicat», explique-t-il. «Cela aurait été un autre parti que le FN, cela aurait été exactement la même chose.»

«Une chasse aux sorcières»

L'engagement frontiste de ce syndicaliste était en effet connu. Il précède de dix ans son entrée à la FNCR, en 2000. Membre du bureau politique du FN du Puy-de-Dôme, Dominique Morel a été candidat du parti dans la circonscription d'Issoire aux dernières législatives de juin, où il a recueilli 10,41% des voix. Il avait participé à cette occasion à un débat télévisé sur France 3 Auvergne, où il rappelait son engagement syndical. Au début de l'année, en pleine campagne présidentielle, c'était lui qui avait élaboré une réponse, au nom de Marine Le Pen, au site spécialisé «Flash Transport». «J'appelle solennellement tous les chauffeurs [...] à s'associer à notre démarche aux côtés de Marine Le Pen», écrivait-il aussi.

Ces différentes interventions avaient déjà valu à Dominique Morel un avertissement de la FNCR. Interrogé par France 3 Auvergne sur son exclusion, dont il peut faire appel, il dénonce aujourd'hui une «chasse aux sorcières dans le syndicalisme». «Les gens qui se déclarent frontistes sont mis à l'index», ajoute-t-il.

Le secrétaire général du FN Steeve Briois a dénoncé de son côté une exclusion «proprement scandaleuse et injuste». «Alors qu'on n'a jamais vu des militants d'extrême gauche être exclus d'un syndicat pour double appartenance, dès que quiconque affiche son affiliation au Front national, la sanction est immédiate», a protesté le responsable frontiste dans un communiqué.

Publié dans Blog | Commentaires (1) |  Facebook | | |

Commentaires

Voici un bel exemple de syndicalisme véreux :

http://www.laprovence.com/article/politique/marseille-patrick-rue-a-adresse-des-voeux-et-des-reclamations-a-jean-claude-gaudin#comment-3776103

Un monument de clientélisme qui ruine Marseille !

Écrit par : simianias | samedi, 12 janvier 2013

Les commentaires sont fermés.