Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 25 novembre 2012

Un de plus, ou de moins, ça dépend comment on le voit..

Marseille : exécuté d'une balle dans la tête

 


 

Publié le samedi 24 novembre 2012 laprovence.com

 

Un homme de 28 ans assassiné hier soir à Saint-Jérôme. Il était connu pour trafic de stupéfiants

 

Un cri dans la nuit, ou plutôt un râle. C'est la tante de Manuel. Quelques secondes plus tôt, elle s'était avancée le visage fermé, mais silencieuse. Là, devant le cortège de voitures de police, au cœur de cette ambiance de mort, elle ne peut plus retenir sa détresse et marmonne des mots en espagnol. Son neveu vient d'être assassiné. Un règlement de comptes.

Le connaissait-elle suffisamment pour redouter cette issue criminelle ? Elle n'est plus que chagrin. L'un de ses proches tente de l'apaiser. Mais depuis la scène à de crime, où les techniciens de l'identité judiciaire et les hommes de la PJ tentent de comprendre le déroulement de la tuerie, on entend résonner ses puissants sanglots.

Tout est allé très vite vendredi soir vers 21 h 15. Manuel Rodriguez, 28 ans, un enfant du quartier, marche sur le trottoir, devant une pizzeria, avenue de Saint-Jérôme (13e) lorsqu'une Renault Clio se porte à sa hauteur. Trois individus encagoulés, selon plusieurs témoignages, descendent alors du véhicule. L'un d'eux porte une arme de poing. Très vraisemblablement un pistolet automatique de calibre 9 mm.

24e homicide sur fond de banditisme

Il fait feu une première fois. La victime est touchée et s'écroule. Une balle dans la jambe. Avec l'énergie du désespoir, il se relève et tente de partir en courant. Mais la douleur est trop vive. Ses forces l'abandonnent. Il s'affale à nouveau sur le trottoir. Cette fois, celui qui fait office de bourreau, avec une froideur méthodique, s'avance vers lui et le vise à la tête. Il ne tire encore qu'une seule fois. Le tir est précis. Le projectile vient de loger dans le crâne du jeune homme.

À la différence des précédents règlements de comptes, où les Kalachnikov ont craché un tonnerre de plomb, le tueur a comme économisé son arme. Deux coups, dont un fatal, ont suffi à éliminer le jeune homme. Lorsque les marins pompiers ont tenté de le ranimer, il était déjà trop tard. Qui en voulait à Manuel Rodriguez ? Selon des sources judiciaires, le garçon était connu des services de police dans des affaires de stupéfiants. Mais aucun autre élément nouveau n'a filtré permettant d'expliquer cette nouvelle opération criminelle, en plein coeur d'un noyau villageois très paisible.

Avec ce nouvel assassinat, Marseille et sa région viennent de connaître leur 24e homicide sur fond de banditisme. La nouvelle réorganisation policière et les renforts arrivés pour durcir la lutte contre la criminalité dans les quartiers Nord n'ont évidemment pas encore pas modifié quoi que ce soit. Les règlements de comptes s'enchaînent toujours avec la même régularité terrifiante et morbide. Dans les statistiques de la brigade criminelle de la PJ, déjà saisie de nombreux dossiers du même genre, l'année 2012 fait d'ores et déjà partie des plus sanglantes.

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.