mardi, 20 novembre 2012

Moody's annonce un désastre économique et social pour les Français !

Le Point.fr - Publié le 19/11/2012 

Une nouvelle grande agence de notation retire son triple A à la France, après Stantard and Poor's.

Photo d'illustration

Photo d'illustration © Sipa / Sipa

Moody's a abaissé lundi soir d'un cran la note de la dette de long terme de la France, qui perd ainsi son précieux AAA, meilleure distinction possible, auprès d'une deuxième grande agence d'évaluation financière internationale, après Standard and Poor's en début d'année.

 

Moody's a attribué à la France la note AA1, assortie d'une perspective négative, ce qui signifie qu'elle pourrait à nouveau l'abaisser à moyen terme, selon un communiqué publié dans la soirée. 

Les réformes annoncées par le gouvernement français sont bienvenues mais ne devraient pas suffire à rétablir la compétitivité du pays, estime l'agence financière Moody's qui a dégradé lundi la note de la France, de AAA à AA1. L'agence de notation relève "un fort engagement en faveur des réformes structurelles et de la consolidation budgétaire", mais estime que les mesures en faveur des entreprises annoncées début novembre "ne devraient pas, seules, avoir l'ampleur suffisante pour rétablir la compétitivité".

Vers une hausse du coût de financement de la dette ?

La décision de Moody's fait suite à son annonce, le 23 juillet dernier, de placer la notre de l'Allemagne, du Luxembourg et des Pays-Bas sous perspective négative. Au même moment, l'agence avait annoncé qu'elle allait réévaluer la note de la France, qu'elle avait placé sous perspective négative le 13 février 2012, pour prendre en compte l'impact du risque d'une éventuelle sortie de la Grèce de la zone euro, les engagements envers les autres pays en difficulté de la zone euro et la croissance économique atone. C'est ce processus de réévaluation qu'elle vient de conclure en dégradant la note française.

Le ministre des Finances Pierre Moscovici a déclaré lundi soir que la dégradation de la note de la France par Moody's était une "sanction de la gestion du passé" qui incite le gouvernement à "mettre en oeuvre rapidement" ses réformes.

Depuis quelque temps, la France profitait de taux particulièrement bas pour financer sa dette sur les marchés financiers. L'abaissement de sa note par Standard and Poor's n'avait donc pas déclenché le cataclysme redouté. Encore noté triple A par deux agences de notation sur trois, elle faisait figure de valeur refuge pour des investisseurs rétifs au risque. La dégradation de la note hexagonale par Moody's pourrait bien changer la donne et compliquer l'équation pour François Hollande. 

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.