Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 31 octobre 2012

Les patrons au comptoir Fouquet's contre les patrons qui au comptoir du pôle emploi

Le Point.fr - Publié le 29/10/2012 à 13:36

La patronne du FN dénonce, lundi, l'appel lancé par les patrons du CAC 40 pour un "pacte de compétitivité".

La présidente du Front national Marine Le Pen a dénoncé lundi l'appel à un "pacte de compétitivité" lancé ce week-end par des grands patrons du CAC40 en opposant "ces faux patrons" qui en veulent "toujours plus" aux "vrais patrons" des PME-PMI que l'on n'écouterait pas. "Non, je ne comprends pas cet appel en ce qui concerne les grands patrons, parce qu'on parle là des plus grosses entreprises françaises qui bénéficient depuis des années de beaucoup d'avantages, alors que ceux que j'appelle les vrais patrons, ceux des PME-PMI, ne sont eux jamais entendus", a déclaré la présidente du FN sur LCI. 

Opposant les "vrais patrons" aux "faux patrons", elle a affirmé que "le faux patron, c'est celui qui ne met pas son argent dans son entreprise, qui est coopté, sort des grandes écoles, part avec un parachute doré y compris quand son entreprise se casse la figure". À l'inverse, "le vrai patron, lui, risque l'opprobre, son patrimoine, il se paye souvent autant sinon moins que ses propres salariés. Donc il faut réellement faire une différence". "Et ce ne sont pas les grands patrons qui vont inverser la courbe du chômage. Ce sont les PME-PMI sur lesquelles il faut faire porter les efforts", a-t-elle fait valoir.

Contre une TVA à 12 % dans la restauration

Pour la patronne du FN, il faut donc "arrêter d'écouter les grands patrons [...] qui réclament que ce soit l'ensemble des Français qui leur permette d'augmenter leurs marges". "Les grands patrons du C40 sont les grands amis de l'UMP qui a fait beaucoup pour eux, mais manifestement, jamais assez", a-t-elle également dénoncé. "Et, pendant ce temps-là, on abandonne les vrais patrons qui n'ont pas vu les promesses qui leur avaient été faites se réaliser, notamment celle de l'impôt progressif qui leur aurait permis de pouvoir développer leur entreprise. Donc, je crois que si on écoute les grands patrons, on fait fausse route", a-t-elle insisté.

 

Marine Le Pen s'est d'autre part prononcée contre uneaugmentation de la TVA à 12 % dans la restauration. "La baisse de la TVA avait permis à toute une série de restaurateurs de ne pas mettre la clef sous la porte. Si on remonte la TVA, au moment où le pouvoir d'achat est en baisse, ceci va entraîner la fermeture d'un très grand nombre de restaurants, et donc l'aggravation du chômage dans cette branche", a-t-elle fait valoir.

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.