Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 31 octobre 2012

L'Aïd, une fête à partager...qu'on le veuille ou pas !

Marseille : une immense ferveur et quelques dérives pour l'Aïd

 


 

Publié le samedi 27 octobre 2012 laprovence.com

 

8 000 fidèles se sont pressés à Chanot pendant qu'on abattait des moutons


 

Ils étaient venus de toute la ville, prouvant que l'Aïd El Kébir est bien la grande fête des musulmans. Dès 8h, près de 8 000 fidèles s'étaient engouffrés dans un hall du parc Chanot, pour la prière et le traditionnel prêche. 8 000 fidèles apportant ainsi la preuve que la grande mosquée était une nécessité à Marseille qui compte une demi-douzaine d'édifices cultuels et une soixante de salles ne proposant malheureusement pas assez de places le vendredi, jour de la grande prière. Qui déborde le plus souvent dans la rue.

Hier, le hall du parc Chanot était suffisamment vaste pour accueillir les musulmans marseillais, réunis pour une fête fédératrice. "C'est le jour du pardon, de l'amour et du partage, souligne Akila Boumedjeria, membre du bureau de l'association de "La mosquée de Marseille". Celui qui est fâché avec un proche, doit faire la trêve, être joyeux. Ce jour, on se retrouve tous autour d'un bon repas ." Un repas qui amène à un autre moment fort de l'Aïd, l'abattage du mouton.

De nombreux sites étaient autorisés dans le département. Pas assez manifestement car le sacrifice, comme on le redoute chaque année, a aussi été effectué dans de nombreuses cités, ce qui est évidemment interdit car contraire à toutes les règles de sécurité sanitaire. À Septèmes et à Marseille, on a pourtant vu des moutons accrochés à des grillages, à côté d'un jardin d'enfants, et, pire, à des murs formant le local de poubelles. Évidemment hier, l'immense majorité des membres de la communauté déplorait cet abattage sauvage.

Nordine Bengueroud, membre de l'association Amec, qui lutte pour un abattage dans les règles, explique : "C'est vrai qu'on est contre ce type d'abattage mais il faut comprendre la situation. Notre association est composée de bénévoles qui veulent s'occuper de l'Aïd, sur le plan commercial ou hygiénique parce qu' il y a un vrai malaise. On a rencontré tous les interlocuteurs mais personne ne veut rien faire. On entend que du blabla. Or, on veut seulement un terrain et une subvention même si elle est moins importante parce qu'il y a, avec nous, des chefs d'entreprises pour nous aider. On a fait toutes les demandes mais personne ne fait rien. Et qu'on ne vienne surtout pas nous dire qu'on s'y prend trop tard chaque année."

À la Ville, on n'est évidemment pas de cet avis. Le site des abattoirs de St-Louis, après avoir posé des problèmes de vétusté, est désormais privé. Donc indisponible. La Ville est-elle disposée à en prêter un autre ? Martine Vassal, adjointe UMP, chargée des emplacements, répond : "D'abord, il faut savoir que le culte relève de la préfecture. Et personne ne nous a appelés. Il n'y a eu aucune réunion. La Ville de Marseille veut bien participer mais c'est à la préfecture de le faire d'abord. Et les autres collectivités ? Que font la Région, le Département, MPM ? Puis les chevillards vendent des moutons aussi chers qu'ailleurs. C'est difficile dans ces conditions de mettre de l'argent public dans l'Aïd. Enfin, on ne nous propose jamais de projet global et les organisateurs s'y prennent au dernier moment."

Publié dans Blog | Commentaires (2) |  Facebook | | |

Commentaires

Est ce qu'on a droit à une subvention nous pour les repas de Noël ?? C'est bien ce qui me semblait...

Écrit par : CHAUVET Alexis | mercredi, 31 octobre 2012

Pour répondre a votre question Mr Chauvet concernant une éventuelle subvention pour le repas de Noël , et bien je vais vous répondre : aucune subvention ne doit être versée ni pour le repas de Noël ni même pour l achat du mouton. Je vois que vous êtes mal informé, chaque musulman doit acheter son propre mouton ,et ce , par ses propres moyens.....quant aux pauvres, il est offert par les plus aisés

Bien cordialement
Akila boumedjeria

Écrit par : Boumedjeria | mercredi, 07 novembre 2012

Les commentaires sont fermés.