Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 17 octobre 2012

Quelques crasseux aboient, Marine parle


La présidente du Front National (FN) Marine Le Pen a donné mercredi une conférence à l'Institut d'Etudes Politiques (IEP) d'Aix-en-Provence, pendant que plusieurs centaines d'étudiants manifestaient pour protester contre sa présence.

La présidente du Front National (FN) Marine Le Pen a donné mercredi une conférence à l'Institut d'Etudes Politiques (IEP) d'Aix-en-Provence, pendant que plusieurs centaines d'étudiants manifestaient pour protester contre sa présence.

La présidente du Front National (FN) Marine Le Pen a donné mercredi une conférence à l'Institut d'Etudes Politiques (IEP) d'Aix-en-Provence, pendant que plusieurs centaines d'étudiants manifestaient pour protester contre sa présence.

Marine le Pen était invitée par les étudiants du Cercle Politique Aixois, une association d'étudiants de l'IEP. Elle a répondu pendant un peu moins d'une heure à des questions portant sur l'avenir de l'euro, le traité budgétaire européen, le positionnement idéologique du FN, la laïcité ou encore le mariage homosexuel.

La conférence s'est déroulée sans incident, malgré l'appel lancé par diverses organisations de gauche, comme le Mouvement des Jeunes Socialistes, l'Unef et le NPA, à manifester devant l'IEP contre la présence de la présidente du FN.

Brandissant des banderoles sur lesquelles on pouvait notamment lire "Le racisme est un délit, pas une opinion" et "Vous avez le droit de vous exprimer, mais je ne vous ai pas invitée", environ 200 à 300 étudiants hostiles à cette conférence ont manifesté dans une ambiance festive.

"L'IEP, institution républicaine par excellence, participe à la stratégie de banalisation du Front National", a déploré Damien Zavernik, étudiant de l'IEP et coordinateur des Jeunes Ecologistes de l'université d'Aix-Marseille. "Cela me choque en tant qu'étudiant et en tant que citoyen", a-t-il ajouté.

"S'ils n'ont pas intégré ce qu'est la démocratie, c'est inquiétant pour la suite de leurs études", a estimé pour sa part Marine Le Pen, qui a dénoncé des "slogans outranciers et injurieux", assimilant le FN au fascisme et au nazisme.

"Le FN n'est pas un parti d'extrême droite", a-t-elle insisté devant des journalistes, soulignant qu'il représente "un Français sur quatre".

Interrogée sur le terme de populiste dont on l'affuble souvent, Marine Le Pen a répondu: "si cela signifie être à l'écoute de l'aspiration du peuple, cette accusation ne me dérange pas".

Publié dans Blog | Commentaires (1) |  Facebook | | |

Commentaires

De bons jeunes influençables ayant bien ingéré le matraquage socialiopolitiquementincorrect ...

Quelle tristesse de voir des jeunes aussi impliqués dans un mouvement auquel ils ne comprennent absolu pas ni les bases , ni le fond , ni en fait quoi que ce soit .

Écrit par : Nicolas | jeudi, 18 octobre 2012

Les commentaires sont fermés.