Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 24 septembre 2012

Municipales de 2014: "Il y aura une liste FRONT NATIONAL à Marseille, et j'en serai ! " S.RAVIER.

Ces villes provençales que le FN

eut conquérir

 


Le FN a commencé sa campagne pour les élections municipales de 2014 et part à la chasse aux voix dans les villes provençales.

Publié le dimanche 23 septembre 2012 laprovence

Comment inscrire dans la durée la troisième place de Marine Le Pen à la présidentielle et les bons résultats des candidats du "Rassemblement Bleu Marine" aux législatives ? C'est un des enjeux de l'Université d'été du Front national qui se tient ce week-end à La Baule. "Notre feuille de route, c'est de travailler à l'implantation de terrain, nous devons préparer tout de suite les municipales de 2014", a ainsi expliqué Marine Le Pen.

Cette stratégie est en rupture avec celle adoptée par son père durant des années : depuis sa candidature malheureuse en 1989 à Marseille, Jean-Marie Le Pen s'était tenu à l'écart des élections municipales. Qui plus est, le travail d'enracinement local était défendu par des gens comme Bruno Mégret ou Jacques Bompard, avec lesquels le finaliste de la présidentielle 2002 s'était fâché.

Aujourd'hui, la ligne défendue au milieu des années 90 par "les félons" est revenue en grâce dans l'entourage de Marine Le Pen. "La référence, ce sont les victoires de Toulon, Orange, Marignane et Vitrolles",assure Bruno Bilde, son chef de cabinet. À l'époque, le FN avait bénéficié dans ces villes de triangulaires, contrairement à la constitution d'un "Front républicain" qui était alors d'usage en cas de poussée de l'extrême droite. Vingt ans après, la position du "Ni FN, ni PS" adoptée par l'UMP augure d'un retour en force de telles triangulaires.

Conséquence, le Front national qui ne dispose aujourd'hui que de 60 conseillers municipaux à travers la France a ouvert le chantier des élections de 2014. Selon ses analystes, il peut espérer dépasser dans 550 villes les 10 %, seuil qui permet de se maintenir au second tour. Un minimum de 500 listes a donc été fixé, soit trois fois plus qu'en 2001 et 2008.

Dans une note interne que La Provence s'est procurée, le FN énumère même les communes qu'ils jugent gagnables. Si Hénin-Beaumont où se présentera Marine Le Pen y figure en bonne position, la plupart se trouvent dans la région Paca et en Languedoc-Roussillon. Logiquement, le Vaucluse où Marine Le Pen a signé son meilleur score national se taille la part du lion : le Front vise Carpentras, Monteux, Bédarrides où Marion Le Pen a obtenu 44,64 % des voix au premier tour des législatives, Cavaillon où sa tante est arrivée en tête à la présidentielle...

(...)

Dans les Bouches-du-Rhône, outre des villes du pourtour de l'étang de Berre (Marignane, Vitrolles, Istres...), les lepénistes croient en leurs chances à Tarascon, où leur candidate Valérie Laupiès a obtenu en duel 57,54 % des voix au second tour. À Marseille, l'objectif est de conquérir la mairie des 13e et 14e arrondissements, une partie de la ville où Stéphane Ravier a bousculé la députée sortante Sylvie Andrieux. (...)

 

 

Publié dans Blog | Commentaires (6) |  Facebook | | |

Commentaires

Pas de triangulaire à Vitrolles mais un duel Anglade / Mégret.
Pour Marseille,le 13/14 est prenable mais encore faut-il y mettre le paquet, ce que ne permet pas l'organisation actuelle, avec un Stéphane Ravier seulement n°2 de la fédération. Ce secteur doit être traité comme le seul prenable, toutes les forces doivent y être concentrées et non éparpillées comme il est de règle au FN où un canton à 10* fait l'objet du même investissement stupidement "égalitariste" qu'un canton à 45% !!!
Ce n'est qu'en gagnant un secteur que d''autres tomberont... qui aura le courage d'obtenir ces moyens spéciaux.

Écrit par : boromir | lundi, 24 septembre 2012

J'ai tiré des enseignements de la législative de juin dernier. Ils ne seront pas sans conséquences...

Écrit par : Stéphane Ravier | lundi, 24 septembre 2012

Je partage et appuie fortement les appréciations de Boromir. Je gardais pour moi ces analyses de simple bon sens, étant très (trop) consensuel par nature et ne disposant pas de tous les éléments, mais puisque l'on en parle... .

Écrit par : simianais | mardi, 25 septembre 2012

Cette vision , cette stratégie n'est pas évidente pour tous... Je vais devoir, si Dieu me prête vie et si le Front me donne l'investiture, commencer par élargir la base militante de mon secteur, déléguer des responsabilités pour me libérer de contraintes administratives qui me prennent encore beaucoup trop de temps, repenser ma méthode de travail militant (5 tracts différents entre les deux tours de la législative ce n'était pas nécessaire, il y avait mieux et plus pertinent à faire)
J'ai le plus gros de ma campagne pour 2014 déjà en tête et de nouvelles bonnes volontés pour m'aider à la mener. Il me manque encore le temps disponible et indispensable pour la concrétiser...

Écrit par : Stéphane Ravier | mardi, 25 septembre 2012

Courage, les militants de Marseille, autour de Stéphane Ravier !

Comme nous aimerions vous aider, nous qui habitons loin et dans des secteurs où le FN a peu de chances de gagner en 2014...
Je suis en région parisienne, coin super "bobo - gaucho", et avec mes camarades frontistes je milite quand même, c'est toujours utile que nos idées progressent.
Moi-même, j'étais à gauche avant et j'ai ouvert les yeux, par mon expérience personnelle (de travail en service social, entre autres) et aussi en écoutant Marine dans les médias, enfin en rencontrant des militants du FN.
Comme moi, une copine, une cadre fonctionnaire de 50 ans environ, depuis toujours à gauche, a voté FN pour la 1ère fois en 2012.
Et j'ai entendu de nombreux témoignages de frontistes, militant sur le terrain et/ou dans leur entourage, certains d'avoir convaincu des gens de voter FN.
LE TRAVAIL MILITANT FINIT TOUJOURS PAR PAYER !

Qu'en 2014, la Marseillaise résonne pleinement à Marseille, pour fêter la victoire du FN ! Comme dans d'autres endroits de notre belle Patrie !

Une patriote parmi tant d'autres...

Écrit par : Une patriote d'IDF | vendredi, 28 septembre 2012

@simianais : il faut toujours parler...

"les partis bourgeois ont péri parce qu'ils étaient présomptueux et avaient peur de parler de leurs faiblesses. Mais nous, nous ne périrons pas parce que nous parlerons de nos faiblesses,parce que nous apprendrons à les surmonter". (Lénine, avant octobre 1917)

Écrit par : boromir | mercredi, 03 octobre 2012

Les commentaires sont fermés.