Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 18 septembre 2012

Duflot: l'écologiste rouge qui agit pour toujours plus de béton !

Marseille : mauvaise pioche sur

le terrain du logement social

 

17/9/12  laprovence.com

 

Le 5 septembre dernier, Cécile Duflot annonce que l'Etat cède 930 terrains pour la construction de logements sociaux. A la découverte de la liste, les élus ont fait la grimace

 

 

Au départ, c'est une vraie bonne nouvelle. Le 5 septembre dernier, lorsque la ministre du logement Cécile Duflot annonce que 930 terrains de l'État seront bradés, voire cédés gratuitement aux collectivités, afin de doper la construction de logement social, les élus marseillais ne peuvent que se réjouir. À droite comme à gauche, on sait que la cité phocéenne manque cruellement de HLM. Et que, faute de foncier disponible, on n'est pas près de rattraper notre retard.

C'est pourquoi, l'annonce de la mise à disposition de 9 terrains de l'État ne pouvait que soulever l'enthousiasme.... Jusqu'à ce que l'on découvre l'adresse desdits terrains. "Les uns avaient déjà été achetés au prix fort par la Ville, les autres étaient inappropriés pour construire du logement, bref aucun d'eux ne convenait !" résume Arlette Fructus, adjointe municipale centriste déléguée au logement.

Dans la liste de Duflot on trouve par exemple l'ancienne caserne Guillermy (15e) : un terrain inondable, situé en bord d'autoroute, qui menace de s'effondrer. Ailleurs, des programmes sont déjà engagés, comme à la Capelette (9e), sur l'ancien terrain militaire de Montfuron. Mais si la Ville projette d'y construire des HLM, "cela doit s'équilibrer avec du logement privé dans le cadre de la ZAC", explique l'adjointe.

En découvrant la liste Duflot, même des élus de gauche ont fait la grimace : les terrains "offerts" par l'État sont situés dans les 4 arrondissements des quartiers Nord qui concentrent déjà 50 % des HLM de Marseille. Quid du rééquilibrage et de la mixité sociale qu'ils réclament depuis des années ?

"Si l'on suit cette liste, on va refaire exactement les mêmes erreurs qui ont conduit à la situation actuelle : des barres de bétons, sur des sites inadaptés, concentrés dans certains quartiers", résume Arlette Fructus, qui a aussitôt donné de la voix pour réclamer une révision de la liste. Message reçu à la Préfecture, où une table ronde a été organisée il y a quelques jours pour faire un point de la situation. Les services de l'État et ceux de la municipalité ont décidé de se revoir pour réaliser ensemble un nouveau fléchage des terrains mobilisables.

Ces réserves foncières cédées à moindre coût pourraient apporter une véritable bouffée d'air frais sur le marché immobilier marseillais ; d'autant que ces dernières années, à la suite de la réorganisation de ses services, l'État a lui-même contribué à la flambée des prix. Des locaux souvent très bien situés se sont vendus au prix du marché... ce qui n'a fait qu'alimenter la spéculation.

Quant aux terrains mobilisables, le ministère du logement lui-même a reconnu ses "couacs". Dans toute la France, de nombreux élus ont relevé l'absence dans la liste, de terrains éligibles. Cécile Duflot a demandé aux Préfets que l'inventaire soit actualisé avant la fin du mois.

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.