Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 05 septembre 2012

Allez, plus que 4 ans et 8 mois...

La rentrée de Hollande déçoit fortement les Français

Par lefigaro.fr publié le 04/09/2012
François Hollande à Madrid, le 30 août.
François Hollande à Madrid, le 30 août. Crédits photo : Paul White/AP


Le président de la République enregistre une nouvelle baisse dans le baromètre Ifop-Paris Match avec seulement 47% des Français qui «approuvent son action», soit une chute de 16 points en seulement deux mois.

Le président souhaitait faire une rentrée «tonique» pour enrayer la mauvaise dynamique sondagière de l'été. Jusqu'à présent, cela ne semble pas avoir payé. Dans le tableau de bord Ifop-Paris Match diffusé mardi, la proportion de personnes approuvant l'action du président est tombée à 47%. Il perd 9 points par rapport à juillet, soit 16 en deux mois, et descend pour la première fois sous la barre des 50% dans ce baromètre. Seuls 45% des Français pensent notamment qu'il «mène une politique efficace contre la dette et les déficits publics». Le premier ministre Jean-Marc Ayrault perd quant à lui 7 points pour se retrouver à 56% de personnes approuvant son action.

La cote de popularité du chef de l'État était déjà passée sous le seuil symbolique des 50% mi-août dans l'observatoire politique CSA-Les Échos. Une tendance confirmée la semaine suivante par le baromètre Ipsos-Le Pointdans lequel François Hollande dévissait et ne recueillait plus que 44% de jugements favorables. Les couacs dans le dossier des Roms, les critiques de Jean-Luc Mélenchon sur le bilan des 100 jours, les accusations de passivité dans le dossier syrien et d'inaction face à la crise, la liste des reproches était très longue.

La baisse du prix des carburants n'a pas suffi

Le président avait alors envoyé Jean-Marc Ayrault au front afin d'annoncer une rentrée parlementaire anticipée et une accélération du rythme des réformes. Dans la foulée, le gouvernement avait été missionné pour obtenir une baisse rapide du prix des carburants. Le président espérait que le coup de pouce de six centimes suffirait à convaincre les Français de son volontarisme. De toute évidence, cela n'a pas suffi.

Ce dernier baromètre Ifop est d'autant plus inquiétant pour François Hollande qu'il a été réalisé jeudi et vendredi, soit juste avant l'annonce du franchissement de la barre des 3 millions de chômeurs. Depuis vendredi, le président a en revanche multiplié les interventions médiatiques après un été très discret. Il espère profiter de cette séquence pour rependre la main. Dans ce contexte, l'intervention au journal télévisé de TF1, dimanche, très attendue, pourrait se révéler essentielle.

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.