Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 30 août 2012

Hollande s'intéresse à Marseille ? Alors cette fois c'est vraiment cuit...

Hollande : "L'armée n'a pas sa place pour contrôler les quartiers" marseillais

 



 

Publié le jeudi 30 août 2012 laprovence.com

 
1 › 2

 

 

Lequel de ces trois personnages est en fait une plante verte ? ndlr

Le Président François Hollande a également estimé que "l'armée n'a pas sa place pour contrôler les quartiers" en France, alors qu'on l'interrogeait à Madrid sur le sujet, après que Samia Ghali a demandé le renfort de l'armée. "Le ministre de l'Intérieur s'est déjà exprimé là-dessus, l'armée n'a pas sa place pour contrôler les quartiers de notre République. La gendarmerie peut être présente dans certaines zones, elle l'est. Et c'est le travail de la police, qui doit d'ailleurs être renforcée encore à Marseille, que de faire en sorte que soient éradiqués cette violence, cette criminalité et ces trafics. Donc laissons les forces qui ont cette mission-là mener à bien leur tâche, renforçons leur capacité et à cet égard la zone de sécurité prioritaire me paraît une des réponses à apporter, notamment à Marseille", a déclaré M. Hollande lors d'un point de presse avec le chef du gouvernement espagnol.

Plus tôt, le ministre de l'Intérieur Manuel Valls a affirmé qu'il était "hors de question" que l'armée intervienne dans les quartiers Nord de Marseille. "Il est hors de question que l'armée puisse répondre à ces drames et à ces crimes. Il n'y a pas d'ennemi intérieur", a assuré M. Valls, qui a prôné "une réponse globale, en profondeur et particulièrement forte" contre la criminalité.

Alors qu'un nouveau règlement de comptes mortel est survenu mercredi soir à Marseille, Mme Ghali a demandé, dans un entretien à La Provence, l'intervention de l'armée pour faire "face aux engins de guerre utilisés par les réseaux" criminels et les trafiquants de drogue. "Je comprends l'appel au secours des élus de cette ville", qui "a été d'une certaine manière laissée à l'abandon", a expliqué M. Valls devant la presse au ministère de l'Intérieur.

Marseille est "une priorité qui mérite une réponse dans tous les aspects" parce que "cette ville, la deuxième ville de France, a besoin du soutien et de la protection de l'Etat", a-t-il déclaré. Le ministre a rappelé qùà cette fin il avait décidé de classer les quartiers Nord de Marseille parmi les quinze premières zones de sécurité prioritaires (ZSP), qui doivent progressivement entrer en vigueur en septembre. "L'action conjointe de la police et de la justice (...) doit répondre précisément à cette montée d'une nouvelle délinquance, d'une violence d'individus qui se servent d'armes de guerre", a-t-il ajouté.

"Cette action nécessite aussi du temps, de la profondeur", a-t-il poursuivi. "Rien ne serait pire, comme cela a été fait trop souvent dans le passé, de répondre de manière instantanée et au fond de passer à côté de l'essentiel", a souligné M. Valls, réaffirmant que "l'armée n'a pas sa place dans ces quartiers".


 

Ayrault convoque le 6 septembre un comité interministériel sur Marseille

 

Jean-Marc Ayrault présidera le 6 septembre à Matignon un comité interministériel consacré à l'élaboration d'un "programme d'action pour l'agglomération marseillaise", ont annoncé ses services après un nouveau règlement de comptes à Marseille sur fond de trafic de drogue. Le Premier ministre a justifié sa décision, invoquant la nécessité de "montrer la détermination du gouvernement à ne pas laisser les choses dériver" dans cette ville. "Notre politique n'est pas une politique d'effet d'annonces où on aurait par une formule, face à des incidents graves, donné l'impression que l'on avait réglé les problèmes alors que cela fait des années que cette méthode a été utilisée et qùelle a conduit à l'échec", a-t-il poursuivi, dans une critique implicite au précédent gouvernement. Le Premier ministre a fait valoir que "certains quartiers de Marseille (ont été) depuis des années laissés totalement à l'abandon".

"Quand vous laissez à l'abandon, que vous avez un taux de chômage de 70% parmi les jeunes, que les logements sont dégradés, qu'on laisse l'école se déglinguer, alors se met en place une économie souterraine", a-t-il dit, ajoutant : "C'est pas ça la République, c'est pour ça que j'ai pris cette initiatives". Comme on lui faisait remarquer que ce n'était pas banal de convoquer un conseil interministériel sur la situation d'une ville, il a répondu : "Non c'est pas banal. Vous voyez bien que semaine après semaine, on assiste à des règlements de comptes, il y a eu des morts (....) et donc on ne peut pas laisser se poursuivre cette situation". Pour lui, "l'autorité de l'Etat doit être respectée partout". Interrogé sur les demandes d'élus socialistes d'intervention de l'armée, rejetées par le gouvernement, M. Ayrault a répliqué: «Méfions nous des formules toutes faites qui ne règlent rien».

Ce comité interministériel, qui débutera à 17h, réunira autour du Premier ministre Manuel Valls (Intérieur), Christiane Taubira (Justice), Vincent Peillon (Education), François Lamy (Ville), Marylise Lebranchu (Réforme de l'Etat), Arnaud Montebourg (Redressement productif) et Pierre Moscovici (Economie et Finances). Michel Sapin (Travail), Delphine Batho (Environnement), Marie-Arlette Carlotti (Handicapés), Frédéric Cuvillier (Transports) et Geneviève Fioraso (Enseignement supérieur) participeront également à cette réunion.

Matignon a fait valoir que le gouvernement avait engagé un travail sur la situation de Marseille "en juillet avec plusieurs réunions interministérielles". Une manière de laisser entendre que la fusillade la veille dans la cité phocéenne n'était pas l'élément déclencheur de ce comité interministériel.

Un homme de 25 ans a été tué d'une rafale de Kalachnikov mercredi soir dans les quartiers nord de Marseille (14e arrondissement), portant à 14 le nombre de personnes tuées dans des règlements de comptes depuis le début de l'année dans la ville (19 dans la région marseillaise). 

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.