vendredi, 17 août 2012

UMP:Nouvelle Droite, Nouvelle Donne, Nouveau Centre... pour une Nouvelle Défaite en 2017 !

Les critiques internes 
se multiplient à l'UMP

lefigaro.fr

Par Jean-Baptiste Garatpublié le 16/08/2012 
Thierry Mariani: «L'UMP a été créée en 2002 pour rassembler la droite et le centre. Est-ce aujourd'hui une réussite? Je ne le pense pas.»
Thierry Mariani: «L'UMP a été créée en 2002 pour rassembler la droite et le centre. Est-ce aujourd'hui une réussite? Je ne le pense pas.» Crédits photo : François BOUCHON/Le Figaro

 

Dix secrétaires nationaux du parti viennent de cosigner une tribune dansL'Express à l'adresse de tous les candidats à la présidence de l'UMP. Ils y regrettent que les 100 premiers jours d'opposition pour l'UMP se résument aux yeux des militants et des Français à «des rivalités d'hommes et de femmes», à une «préprimaire présidentielle en complet décalage avec la réalité».«Le combat de personnalités nous porte préjudice», expliquent les signataires de ce collectif baptisé La Nouvelle Donne.

Plusieurs propositions

Originalité de la démarche, le collectif réunit aussi bien des soutiens de Jean-François Copé que de François Fillon ou de Xavier Bertrand. «Aujourd'hui, ce qui différencie les candidats sur le fond, on l'ignore encore», a souligné Sébastien Chenu, soutien de l'ancien ministre du Travail, lors de la conférence de presse de lancement du collectif. En attendant l'ouverture d'un vrai débat d'idées au sein de l'UMP, La Nouvelle Donne soumet plusieurs propositions de réforme de la gouver­nance du parti et demande notamment l'organisation d'un débat entre les candidats à la présidence de l'UMP avant le vote du congrès en novembre. Les critiques formulées par le collectif sont moins sévères que celles de nombre de leurs aînés.

Liberté de ton

Dans un entretien au Point, l'ex-ministre Thierry Mariani remet directement en cause le principe fondateur du parti: «L'UMP a été créée en 2002 pour rassembler la droite et le centre. Est-ce aujourd'hui une réussite? Je ne le pense pas», explique le fondateur de la Droite populaire, qui regrette que le quinquennat de Nicolas Sarkozy ait vu le président aller «assez loin en début et fin de mandat dans son langage droitier, mais que le reste n'ait pas suivi». Explications, selon Mariani: «Pour ne pas déplaire à une certaine partie de la majorité, le président est revenu en ar­rière.»«Le problème de cette fusion entre le RPR et l'UDF est que nous avons donné l'impression que l'UMP n'était pas assez à droite», regrette encore Mariani.

Alors que les ténors de l'UMP font feu de tout bois contre le gouvernement, le député de Lozère Pierre Morel-A-L'Huissier a, quant à lui, décidé une approche plus personnelle et moins systématique. «Je voterai la règle d'or. L'UMP ne doit pas faire d'opposition systématique, et je fais ce que je crois bon pour mon pays», explique-t-il ainsi sur Twitter. «Sarkozy aurait dû se taire sur la Syrie. La diplomatie ne doit pas servir à des aspirations politiciennes», regrette-t-il encore avant de lâcher: «Quand je pense à tous les conseillers auprès de Sarkozy qui ont été nuls, y compris certains ministres…» Une liberté de ton qui doit certainement à la vacance du leadership à l'UMP.

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.