Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 09 août 2012

Deux ans et cinq heures plus tard, les Roms sont...déplacés !

Évacuation du camp de Roms à Lille : les riverains «soulagés»

Par Raphaël Gibour lefigaro.fr publié le 09/08/2012 
Les camions plateaux finissent d'évacuer les dernières caravanes du camp de Roms, situé entre Hellemmes et Villeneuve-d'Ascq.
Les camions plateaux finissent d'évacuer les dernières caravanes du camp de Roms, situé entre Hellemmes et Villeneuve-d'Ascq.


Le campement était installé sur un terrain de l'agglomération lilloise, entre Hellemmes et Villeneuve-d'Ascq. L'expulsion s'est déroulée sans heurt, les habitants du quartier la demandaient depuis deux ans.

Le manège des caravanes a commencé aux aurores jeudi matin sur le campement de Roms, situé à cheval sur la commune de Hellemmes et Villeneuve-d'Ascq, dans la métropole lilloise. À 6 heures du matin, 150 CRS ont investi les lieux avec 15 camionnettes et un bus, pour faire évacuer les 200 Roms installés sur ce terrain depuis plus de deux ans.

À 11 heures, le terrain était quasiment vidé, nous confirmait Maryvonne Girard, première adjointe du maire de Villeneuve-d'Ascq chargée de la sécurité. Prévenue la veille de l'évacuation, elle était présente dès 6 heures du matin. Les camions plateaux de communauté urbaine de Lille finissaient d'embarquer les dernières caravanes, qui ne roulaient plus. Les employés de la ville finissaient également de démonter la dizaine de cabanons construits sur le terrain avant d'entamer le nettoyage de la friche de plus de dix hectares.

Aucune tentative pour retarder l'évacuation

Tout s'est passé dans le calme, Corinne Durant, habitante du quartier, était «agréablement surprise, j'avais peur qu'il y ait du grabuge, mais on a entendu aucun cri…». Aucune tentative pour retarder l'évacuation du campement n'a été déplorée malgré les déclarations du porte-parole de l'association Atelier Solidaire, Yann Lafolie. «Il avait annoncé qu'il s'opposerait jusqu'au bout à l'évacuation du campement, quitte à organiser un sitting», raconte un riverain. Depuis l'ordonnance d'expulsion émise par un juge lillois, les Roms s'attendaient à voir les forces de l'ordre arriver d'un jour à l'autre. «Ils avaient préparé leurs affaires», confie un riverain, qui était sur place dès la première heure.

Les habitants du quartier se disent «soulagés». Damien Grant, qui vit là depuis dix ans, a appris la nouvelle «avec grand plaisir» en ouvrant ses volets ce matin. Avec sa femme, ils partent dans l'après-midi en vacances «le cœur léger». À leur retour, ils pourront «dormir paisiblement sans être réveillés par la musique».

Les riverains, s'ils sont soulagés, sont également inquiets pour la suite des événements. «Que va-t-il advenir du terrain?» s'interrogent-ils. Damien Grant se rassure avant de partir: «Ils ont assuré que le terrain serait protégé, ils sont censés édifier des monticules de terre pour empêcher les caravanes de revenir.»

Pour Corinne Durant, une barrière de terre n'est certainement pas suffisante: «La terre, ça se creuse. Ma pire hantise, c'est qu'ils reviennent. Je préférerais presque un mur de béton de deux mètres.» Ce matin, Corinne n'en revenait pas: «J'ai pleuré de joie.» Des larmes qui montrent l'exaspération des riverains du quartier depuis 2010.

Lille Métropole Communauté urbaine (LMCU), propriétaire du terrain, devrait prendre les mesures nécessaires pour empêcher une nouvelle occupation.

 

Réaction de MARINE LE PEN:

Merci à NPI

Roms : plutôt qu’un nouveau plan com’, assurer la maîtrise de nos frontières !

 

Communiqué de Marine Le Pen, Présidente du Front National

Le gouvernement a changé, mais la bobine projetée au cinéma du pouvoir est toujours la même ! Ainsi, comme Nicolas Sarkozy, le gouvernement Hollande choisit sur le dossier Roms la communication médiatique plutôt que l’action efficace.

Les démantèlements des camps de Roms sont évidemment nécessaires, nous le disons depuis des années, parce que ces camps sont indignes de notre pays et insupportables pour les riverains.

Mais ce ne sont pas quelques expulsions le temps d’un été qui changeront quoi que ce soit au problème : c’était la méthode Sarkozy et elle a gravement échoué.

Année après année, les Français se rendent compte en effet que ces opérations menées sous les caméras de télévision ne mènent à rien : les Roms sont toujours plus nombreux, les campements sont toujours là, et ils ont même tendance à se multiplier.

La véritable solution passe naturellement par la maîtrise de nos frontières.

Et c’est ce point essentiel que ni le PS ni l’UMP ne veulent aborder : les expulsions sont un coup d’épée dans l’eau si les frontières ne sont pas maîtrisées. Les Roms expulsés avec un chèque en poche peuvent revenir, et d’autres arriver en France.

La France doit reprendre le contrôle de ses frontières, et ne plus tolérer l’arrivée ou le retour des Roms sur son territoire.

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.