Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 20 juillet 2012

Après Fralib, Net cacao, Moulins Maurel... A qui le tour ?

Marseille : la fin programmée des Grands Moulins Maurel

nutrixo_5-2.jpg



La semoulerie de la Valentine fermera fin 2013, terme du contrat avec Panzani

"Je vais vous dire, j'en ai assez, il fallait que ça s'arrête. Cela fait le quatrième plan social que je vis dans l'agroalimentaire à Marseille après notamment Lesieur et l'Abeille." Alors que la réunion d'information des salariés des Grands Moulins de la Méditerranée (ex-Grands Moulins Maurel) n'est pas terminée, ce cadre a déjà tiré un trait. Comme NutriXo, le groupe propriétaire du site de la Valentine, dont la fermeture définitive est programmée pour novembre 2013.

Les dirigeants sont venus l'annoncer aux représentants du personnel. L'usine ira simplement au terme de son contrat avec Panzani, à qui il fournit 55 000 tonnes de semoule par an. Les autres clients -Heinburger, Tipiac, Val Fleury - ne seront plus livrés. Une échéance à quinze mois donc pour 63 salariés dont beaucoup s'estiment floués.

"Avec nos deux activités, nous étions une entreprise atypique, un fleuron".

"Les repreneurs potentiels ont été découragés par la direction, indique Éric Fédi, délégué CFTC. Notamment parce que l'activité meunerie, la farine, a été arrêtée. Avec nos deux activités, nous étions une entreprise atypique, un fleuron. On a même fait parti des 'diamants' de la société, les deux salariés qui étaient capables, en regardant le ciel, de savoir comment, en fonction de l'humidité, du vent, il fallait lancer les machines. De plus, comme l'usine Storione d'Arenc fait partie du même groupe, les dirigeants nous ont dépouillés de la gare, de la loco que nous avions pour le transport de la farine."

Dans tous les propos, il y a beaucoup de désillusion, l'impression d'être des pions sur l'échiquier de la minoterie."Nous réunirons les salariés en septembre, indique Johan Borrely, délégué CGT. Nous pouvons refuser d'honorer le contrat Panzani qui nous était de toute façon très défavorable."

Arnaud Landrin, qui dirige les Grands Moulins de la Méditerranée et Storione, estime lui que "ne pas honorer ce contrat ferait courir le risque que notre client nous mette dehors".

La direction s'engage à favoriser le reclassement et à des solutions individuelles adaptées.

"Il n'y a pas de liquidation. Nous avons fait le maximum pour renégocier le contrat avec Panzani et aussi avec un cabinet extérieur pour trouver un repreneur qui pouvait reprendre l'activité farine et qui ne demande que quelques aménagements techniques. Nous avons perdu 8,5 millions d'euros avec la semoule depuis 2008. C'est un constat d'échec pour nous."

Au-delà d'une "prime de bonne fin" qui sera discutée pour assurer le contrat Panzani, la direction de NutriXo et Arnaud Landrin s'engage à "favoriser le reclassement dans le groupe qui possède des entreprises de meunerie et de surgelés dans la région". Et dans le cadre d'un Plan de sauvegarde de l'emploi de "définir dès septembre des solutions adaptées à la situation personnelle de chaque salarié"."On a proposé un reclassement à Avignon avec 4 euros de prime de transport", corrige Éric Fédi. Les silos de la Valentine sont désormais en berne.

La Provence le 20/07/2012

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.