Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 14 juillet 2012

Un nouveau Vice-Président au Front National

L'ascension fulgurante de Florian Philippot au FN

lefigaro.fr

Par Marion Brunet publié le 13/07/2012 
Florian Philippot en mars dernier à Paris.
Florian Philippot en mars dernier à Paris. Crédits photo : JOEL SAGET/AFP


Moins d'un an après son entrée dans le parti d'extrême droite, cet énarque prend du galon en devenant vice-président.

Florian Philippot creuse son sillon. Moins d'un an après son entrée au Front national, cet énarque de 30 ans a été nommé vice-président du parti, en charge de la stratégie et de la communication. Inconnu il y a encore un an, Philippot est un fidèle de la présidente du FN, Marine Le Pen, dont il a été le directeur stratégique pendant la campagne présidentielle.

Fils de fonctionnaire, le trentenaire affiche à son compteur les diplômes d'HEC et de l'ENA. Un parcours qui dénote au sein du parti frontiste, où l'on déteste les esprits formatés à la pensée unique, que représenteraient ces viviers de la haute fonction publique française. Il n'a d'ailleurs pas fait ses armes en politique au FN, mais au Mouvement républicain et citoyen de Jean-Pierre Chevènement. Ses premiers pas de militant remontent à la campagne présidentielle de l'ex-ministre socialiste, en 2002. Il avait à l'époque pris la tête de son comité de soutien «grandes écoles».

C'est le souverainiste Paul-Marie Coûteaux qui met en relation, en 2009, Florian Philippot et Marine Le Pen. L'énarque apparaît pour la première fois devant des journalistes en avril 2011 pour défendre le projet économique de la présidente du FN. Il utilise toutefois une identité d'emprunt, étant encore, à l'époque, fonctionnaire à l'Inspection générale de l'administration (IGA). Philippot sait très vite se rendre indispensable à Marine Le Pen, à coups de notes, d'argumentaires et de discours. Partisan de la dédiabolisation du parti, il milite aussi pour un virage social dans les discours du FN.

Des cadres du FN fustigent son «ego»

En octobre 2011, le jeune homme adhère au parti lepéniste. Nouveau visage du Front national, il est nommé dans la foulée directeur stratégique de la campagne de Marine Le Pen. Florian Philippot multiplie alors les interventions dans les médias et les déplacements sur le terrain. Une forte exposition qui n'est pas du goût de tous les cadres frontistes. Certains fustigent son «ego» et ses «ambitions démesurées». Parallèlement, au cours de la campagne, ses relations avec la vice-présidente chargée des affaires sociales, Marie-Christine Arnautu, se font de plus en plus tendues. D'autres, au contraire, ne tarissent pas d'éloges sur sa «capacité de travail et de synthèse», le comparant à une «machine à arguments» qui a «réponse à tout».

Après le succès de Marine Le Pen au premier tour de la présidentielle - elle est arrivée à la troisième place avec 17,9% des voix -, son bras droit est nommé porte-parole du «Rassemblement bleu Marine» pour la campagne des législatives. Il est également candidat à Forbach (Moselle) - une première pour cet énarque -, où la présidente du FN est arrivée en tête le 22 avril. S'il réussit à évincer dès le premier tour le sortant UMP, Pierre Lang, il s'incline toutefois le 17 juin face au maire socialiste de Forbach, Laurent Kalinowski.

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.