Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 16 mai 2012

Le Front Marseillais lance sa campagne

Marseille : le Front National se voit en tête "partout"


Publié le mercredi 16 mai 2012 laprovence.com

 

Le parti frontiste a présenté, hier, ses candidats pour les législatives.

Stéphane Ravier (à gauche) et Laurent Comas ont ironisé sur les appels du pied de certains élus de l'UMP.

Stéphane Ravier (à gauche) et Laurent Comas ont ironisé sur les appels du pied de certains élus de l'UMP.

Photo Nicolas VALLAURI

 

Pas de quartier. Gonflé à bloc par le score de Marine Le Pen à la présidentielle dans la cité phocéenne (21,22 %), le Front National a profité de la présentation de ses candidats aux législatives, hier après-midi, pour faire feu de tout bois contre les représentants locaux des"deux partis siamois de l'UMPS qui ont coulé notre pays et participé à la destruction de notre langue et de notre civilisation ".

Une extrême droite "Bleue Marine" qui s'est donnée pour ambition, dixit Laurent Comas, candidat dans la 6 ème circonscription, "d'arriver en tête partout à Marseille au soir du premier tour". Une hypothèse "fort probable", insiste le secrétaire départemental du FN,"nous avons déjà réalisé cette performance aux dernières cantonales". Avec, alors, une participation faible qui favorise généralement les candidats frontistes.

Il n'empêche : Stéphane Ravier, désigné dans la 3 ème circonscription, veut croire que

"le vote François Hollande va être contrebalancé par les Marseillais par un vote pour la seule opposition nationale, celle représentée par Marine Le Pen". Et le Conseiller Régional de lister les tares dont il affuble ses principaux adversaires : "Dans la première circonscription, on a une candidature dissidente à droite avec Assante contre Boyer... Dans la troisième, Andrieux fait du bruit quand elle se déplace tant elle trimballe de casseroles... Dans la sixième, Muselier, le chevalier blanc de l'affaire Guérini, est tombé de sa selle depuis que son nom est mêlé à des affaires et que sa femme a été mise en examen..."

Autant dire que les oeillades en direction du FN délivrées par quelques poids lourds de l'UMP, à l'instar de Dominique Tian, décidé à ne pas "être la droite la plus bête du monde en bunkérisant le FN", ou encore de Valérie Boyer, refusant "de se boucher le nez", n'ont pas amadoué les forces lepénistes. 

"Depuis le score de Marine",
 ironise Stéphane Ravier, "on en voit qui ont été touchés par la grâce. Ceux-là changent d'attitude à notre égard, ils font de nouvelles promesses, varient leurs orientations... C'est bien. Mais il faut que ces gens-là aillent plus loin, qu'ils se rapprochent encore un peu plus, soit en prenant leur carte au FN, soit en disant qu'ils sont prêts à faire battre les socialo-mélenchonistes".

Un appel déguisé à des désistements réciproques dans certaines circonscriptions selon les résultats du 10 juin ?

"Ce qui nous intéresse, ce sont les sujets de fond" évacue Stéphane Ravier, la lutte contre l'immigration. La fiscalité devenue insupportable à Marseille. Au FN, nous ne sommes pas dans des négociations de boutiquiers". En tout cas, jusqu'au soir du premier tour.

Détails : 1 ère circonscription : Élisabeth Philippe. 2 ème : Alexandre Bartolini . 3 ème : Stéphane Ravier. 4 ème : Marie-Claude Aucouturier. 5 ème : Jean-Pierre Baumann. 6 ème : Laurent Comas. 7 ème : Bernard Marandat.

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.