mercredi, 09 mai 2012

Législatives à Marseille: Va y'avoir du sport !

Législatives : l'UMP prise en tenaille entre la gauche et le FN

Portée par la vague Hollande à la présidentielle, la gauche peut gagner cinq députés à Marseille au mois de juin

Publié le mardi 08 mai 2012 laprovence.com


 

1re : LA REVANCHE DE CHRISTOPHE MASSE ?

Candidat FN: Elisabeth PHILIPPE ndlr

Bien que sèchement attaqué par l'écologiste Laurence Vichnievsky, le socialiste Christophe Masse est en position de faire son retour à l'Assemblée, cinq ans après sa défaite de 2007. Les 44,22 % obtenus par François Hollande au second tour montrent que la gauche à largement le potentiel de s'imposer en cas de triangulaire. Or, si le Front national a raté le second tour dans cette partie de la ville lors des législatives de 2007 et des municipales de 2008, les 25,14 % de Marine Le Pen bouleversent aujourd'hui la donne. Qui plus est, la droite est très divisée, avec les candidatures de la députée UMP Valérie Boyer, du maire de secteur Robert Assante et du franc-tireur gaulliste Alain Persia, sans oublier les dissensions avec Roland Blum, le premier adjoint de Jean-Claude Gaudin qui devait initialement se présenter dans cette circonscription.

2e : TIAN SANS SOUCI

Candidat FN: Alexandre BARTOLINI ndlr

En 2007, l'UMP Dominique Tian avait été réélu dès le premier tour. Dans une circonscription redécoupée mais toujours très favorable à la droite, il aura sans doute un peu de mal à renouveler cette performance en juin prochain, comme le montrent les 39,49 % de Nicolas Sarkozy au premier tour de la présidentielle. Pas de souci en revanche pour l'élu marseillais le 17 juin : alors que les 16,79 % de Marine Le Pen devraient priver le FN de second tour, le candidat-président a réalisé ce dimanche son meilleur score marseillais dans cette circonscription (60,8 %).

3e : ANDRIEUX OUBLIE LE REDECOUPAGE

Candidat FN: Stéphane RAVIER ndlr

Lorsque cette circonscription historiquement tenue par la gauche a été redécoupée en 2009, la députée PS Sylvie Andrieux a multiplié les critiques contre des coups de ciseaux trop favorables à la droite. Trois ans après, la vague Hollande lui rend le sourire : 50,22 % au second tour et 28,34 % quinze jours plus tôt, alors que le FN est assuré d'une qualification (26,23 % pour Marine Le Pen) contrairement à la candidate UMP qui risque fort d'être éliminée en raison d'une abstention aux législatives traditionnellement plus forte ici qu'ailleurs.

4e : L'OFFENSIVE DE PATRICK MENNUCCI

Candidate FN: Marie-Claude AUCOUTURIER ndlr

Remplie de bureaux de gauche lors du redécoupage de 2009 afin de rendre ses voisines plus favorables à la droite, cette circonscription a offert à François Hollande ses meilleurs scores dans les Bouches-du-Rhône (39,12 % au premier tour et 69,39 % au second). Malgré la dissidence de la maire de secteur Lisette Narducci (ex-PS), Patrick Mennucci est donc très bien parti pour être élu député, après avoir échoué de 248 voix en 2007. La règle d'un score supérieur à 12,5 % des inscrits pour être qualifié au second tour devrait être fatale à l'UMP et au FN. Le deuxième dimanche, Mennucci sera vraisemblablement opposé à la candidate du Front de gauche Marie-Jo Cermolacce, ce qui rend peu crédible un vote secret de la droite contre lui afin de fragiliser son éventuelle candidature future à la mairie de Marseille.

5e : LE DUEL MUSELIER-CARLOTTI

Candidat FN: Jean-Pierre BAUMANN ndlr

Ca chauffe pour Renaud Muselier, l'un des hommes forts de l'UMP à Marseille : les 50,22 % obtenus par François Hollande ce dimanche prouvent que même en duel, la conseillère générale Marie-Arlette Carlotti peut le battre. En cas de triangulaire avec le FN, loin d'être évidente en raison d'un score un peu faible de Marine Le Pen, la situation serait encore plus critique pour lui. Non content d'activer tous ses réseaux, on peut donc parier que, comme il l'a fait par le passé, Renaud Muselier saura susciter des candidatures dissidentes pour affaiblir ses adversaires.

6e : GUY TEISSIER SUR SES BASES

Candidat FN: Laurent COMAS ndlr

La présidentielle sonne comme un coup de semonce pour Guy Teissier (UMP), qui aura du mal à être réélu en juin dès le premier tour comme en 2007. Son travail de terrain au long cours comme la faiblesse de ses adversaires lui évitent toutefois une véritable frayeur, même si le FN a l'espace pour se hisser au second tour (23,04 % pour Marine Le Pen). En cas de duel plus classique avec la gauche, les résultats du second tour de la présidentielle montrent que la droite bénéficie toujours dans cette circonscription de bons reports de voix.

7e : LE BASTION JIBRAYEL

Candidat FN: Bernard MARANDAT ndlr

Détenus par le Parti communiste depuis 1936, ces quartiers ont été gagnés par le socialiste Henri Jibrayel en 2007. Qui, à la lecture des résultats de la présidentielle (67,09 % pour Hollande au second tour), est bien parti pour l'emporter de nouveau : bien que bousculé sur sa gauche (Zéribi pour les écologistes, Coppola pour le Front de gauche et le dissident Benarouia), le député sortant peut pronostiquer une élimination de l'UMP et un duel contre le FN au second tour (23,21 % pour Marine Le Pen).

 

 

Fred GUILLEDOUX

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.