mercredi, 25 avril 2012

Lepenistes + centristes: l'impossible addition de Nicolas Sarkozy !

Les modérés de l'UMP mettent en garde M. Sarkozy contre une droitisation extrême

Le Monde.fr | 24.04.2012 

Par Alexandre Lemarié 

 

Jean-Pierre Raffarin et Nicolas Sarkozy, le 5 janvier 2012, à  Chasseneuil-du-Poitou.

 

Faire entendre la petite musique centriste sans pour autant provoquer un vrai affrontement sur la stratégie à suivre avant le second tour du scrutin présidentiel, afin de ne pas obérer les chances de victoire.

Tel est l'exercice auquel s'adonnent certains membres modérés de la majorité, alors que Nicolas Sarkozy est condamné à droitiser encore davantage sa campagne pour récupérer le maximum de voix des électeurs s'étant portés surMarine Le Pen au premier tour. Le réservoir électoral est en effet plus important de son côté-là pour le président sortant, suite au score de 17,90 % obtenu par la candidate FN, le centriste François Bayrou n'ayant recueilli que 9,13 % des voix.

Lire : L'impossible mission de Nicolas Sarkozy

Le président du conseil général des Hauts-de-Seine, Patrick Devedjian, a été le premier à mettre en garde M. Sarkozy contre une droitisation extrême de sa campagne d'entre-deux-tours. Dès dimanche soir, l'ancien ministre a lancé un appel contre la tentation de courir après les voix du FN : "L'extrême droite n'est forte que quand la droite est faible, quand elle n'a pas sa propre pensée, sa propre vision du monde."

"Nous savons que la France est forte de la diversité des ses origines. C'est ce qui fait son talent", a souligné cet ancien proche de M. Sarkozy, en froid avec lui depuis 2010. M. Devedjian a enfin conseillé au candidat UMP de davantage parlerde la crise. "Jusqu'à présent, cette question a été absente des débats", a-t-il regretté.

Lire : Devedjian appelle Sarkozy à ne pas droitiser sa campagne

 

Chantal Jouanno  à Paris, le 23 décembre 2010.

 

Chantal Jouanno a également pris ses distances avec l'axe de campagne du président sortant, visant à récupérer les voix des électeurs frontistes. L'ancienne ministre des sports de Nicolas Sarkozy explique "craindre que la droitisation ne soit qu'un mirage douloureux", dans un entretien au Point.fr, publié lundi 23 avril.

"Dans les prochains jours, j'appelle de mes vœux un discours beaucoup plus équilibré dans le choix des thèmes de campagne et dans les mots utilisés. La droite doit rester elle-même et porter ses propres valeurs", insiste la conseillère régionale d'Ile-de-France et sénatrice UMP de Paris. Le même jour, elle a martelé son message en déclarant sur Public Sénat : "Je ne pense pas que la réponse soit dans la droitisation de nos propres idées.".

Lire : Pour Jouanno, la "droitisation" de Sarkozy est "un mirage douloureux"

D'autres voix se sont élevées dans les rangs de la majorité pour rappeler les valeurs des centristes de l'UMP. Tout en nuance, l'ancien premier ministre, Jean-Pierre Raffarin, qui est pleinement engagé dans la campagne de Nicolas Sarkozy,a appelé ce dernier à la prudence lundi.

M. Raffarin estime que virer à droite toute, en ignorant les centristes, serait une erreur fatale. "On ne gagne pas sans François Bayrou", seul candidat représentant selon lui les valeurs de l'humanisme, a mis en garde sur iTélé l'ex-premier ministre. Ce dernier a ensuite assuré qu'il se "retrouve bien" dans cette campagne de second tour "à condition que nous fassions entendre ce message humaniste", porté par "ceux qui sont plus au centre".

Lire : Raffarin drague les électeurs de Bayrou

Dès dimanche soir, les radicaux de la majorité avaient eux aussi fait entendre leur voix. "La seconde place de Nicolas Sarkozy et la percée de Marine Le Pen démontrent que la stratégie du président sortant de faire une campagne à droite toute n'était pas la bonne formule", analysait l'ex-porte-parole adjoint de l'UMPDominique Paillé, revenu dans le giron du Parti radical.

Le président de ce parti, Jean-Louis Borloolançait à son tour : "En période de crise il faut une politique humaine, qui va vers les plus fragiles. La France forte oui, mais si elle prend en compte des valeurs humanistes." Se réjouissant de voir que M. Sarkozy, qu'il soutient, n'ait pas "été balayé" dans les urnes, il appellait aussi le candidat UMP à adopter une ligne centriste et prenne en compte les valeurs"sociales et de justice."

Mais Nicolas Sarkozy n'entend pas laisser de nouveau s'installer au sein de son camp un débat sur la stratégie à suivre, entre la droitisation et le recentrage, comme ce fut le cas avant le premier tour.

Lire : L'équipe de Nicolas Sarkozy à l'heure des doutes

Dès dimanche soir, M. Sarkozy a estimé que ces hésitations stratégiques lui avaient sans doute "coûté la première place", raporte Le Figaro"J'ai bien fait de ne pas écouter tous ceux qui me conseillaient de me recentrer. Je continuerai àparler au peuple", a-t-il alors tranché, selon le journal.

Le ton employé par le président-candidat, lundi, lors de son premier meeting après le second tour, a montré la ligne à suivre. M. Sarkozy a multiplié les messages en direction des électeurs du Front national, à Saint-Cyr (Indre-et-Loire), près de Tours.

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.