Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 13 avril 2012

D'Henri IV à Abdelatis. Ou le déclin d'une France devenue Royaume de la diversité !

Un Palois impliqué à Marseille dans un gigantesque trafic de stupéfiants

Par E.L.
Publié le 10 avril 2012 
Mis à jour à 09h01  la république des pyrénées Merci à Desouche


 

Soupçonné d'être un important maillon d'un tentaculaire trafic de stupéfiants entre la France, l'Espagne et le Maroc, Abdelatis Alaoui, 32 ans, domicilié à Pau, comparaîtra avec 22 autres protagonistes à partir de ce matin devant la juridiction interrégionale spécialisée de la 7e chambre du tribunal de grande instance de Marseille. Me Thierry Sagardoytho assurera sa défense.

Entre 2008 et 2009, plusieurs tonnes de résine de cannabis auraient été écoulées à Toulouse, Saint-Brieuc, Rennes, Tarbes et Pau. Un franco-marocain de 37 ans Rachid Brahmi, en fuite au Maroc, est soupçonné d'être le cerveau de ce gigantesque trafic démantelé, à l'issue d'une enquête menée pendant plus d'un an par la direction interrégionale de la police judiciaire de Marseille. Celui-ci aurait fait l'objet d'un contrôle dans son pays natal au début de l'année 2008 avec deux autres individus. En dépit de la coquette somme de 1 500 000 € en espèces trouvés en sa possession, il a été relâché faute de preuve !

Abdelatis Alaoui, son correspondant palois a été localisé grâce à des écoutes téléphoniques. S'il communiquait la plupart du temps en langage codé, celui-ci a été identifié par le biais d'une conversation téléphonique au cours de laquelle il a raconté à son interlocuteur qu'il était convoqué au commissariat de Tarbes pour une affaire de violences. Les policiers marseillais l'y attendaient. C'était le 11 juin 2009. Le trafiquant présumé a toujours nié toute implication dans ce trafic. Il a même réclamé une expertise vocale pour le démontrer. Mais les expertises ont révélé que c'était bien lui qui entretenait ces conversations téléphoniques. L'enquête aurait permis d'établir que le chaînon palois traitait directement avec « le big boss ». Que celui-ci l'approvisionnait en quantité importante de drogue en fonction de la demande. Un business très fructueux si l'on en croit le contenu d'une conversation dans laquelle, Abdelatis Alaoui se félicite « de solder toutes ces dettes auprès de Rachid Brahmi, deux mois avant d'être arrêté. Il a été mis en examen pour importation en bande organisée de produits stupéfiants et association de malfaiteurs.

 
 

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.