mardi, 10 avril 2012

Marine Le Pen chez elle, dans la capitale des Gaules.

Le Point.fr - Publié le 07/04/2012 

La candidate du FN à l'Élysée a retrouvé, samedi à Lyon, des accents poujadistes pour dénoncer la finance et la grande distribution.

La candidate du FN à l'Élysée, Marine Le Pen, a appelé samedi lors de son meeting à Lyon à la mobilisation maximale le 22 avril.

La candidate du FN à l'Élysée, Marine Le Pen, a appelé samedi lors de son meeting à Lyon à la mobilisation maximale le 22 avril. © Jean-Philippe Ksiazek / AFP

S'éloignant apparemment de ses thématiques habituelles, Marine Le Pen a décliné, samedi à Lyon, son programme économique devant 3 000 supporteurs qui avaient répondu présents dans une ville vidée par le week-end de Pâques.

Le chômage endémique, la chute du pouvoir d'achat, la pression fiscale, l'automobiliste "vache à lait", la lutte contre la fraude, le système bancaire..., la candidate du FN s'est présentée comme "une femme libre" pour dénoncer "toutes les injustices dont sont victimes les Français" et désigner Nicolas Sarkozy et la droite comme les responsables, copieusement hués, de cette situation. Un Nicolas Sarkozy auquel elle reproche "de ne pas être amoureux de la France" et de "s'extasier devant les États-Unis et l'Allemagne".

"Le fascisme doré des marchés"

Mais c'est au système bancaire que Marine Le Pen a réservé ses plus violentes attaques, dénonçant "le fascisme doré des marchés financiers". "Que reste-t-il comme marge de manoeuvre pour les États et les nations dans ce fascisme doré ? Le gouvernement du peuple par le peuple, pour le peuple, est devenu le gouvernement des banques par les banques !" s'est-elle exclamée. "Choisit-on encore entre plusieurs candidats, ou ne reste-t-il, comme seul choix, que BNP Paribas, J.P. Morgan, Goldman Sachs ?"

Marine Le Pen s'est également attaquée à la grande distribution, qu'elle juge en partie responsable de la montée du chômage, de la baisse du pouvoir d'achat des Français, de l'enlaidissement du paysage français, et dont elle souhaite envoyer en prison les dirigeants qui passent des ententes nuisibles à la concurrence. "La grande distribution est responsable de la disparition de 250 000 petits commerces en vingt ans, de la destruction de 600 000 emplois directs et de 20 000 petites communes qui ne comptent plus un seul commerce", a dénoncé la candidate. Aussi promet-elle d'interdire l'implantation de grandes surfaces dans les villes de moins de 30 000 habitants, afin de redynamiser le petit commerce, cherchant surtout à séduire les commerçants et les personnes âgées en renouant avec la tradition poujadiste de l'extrême droite française.

"La seule candidate anti-système"

Jean-Luc Mélenchon a également eu droit à une mention spéciale en tant qu'"idiot triplement utile". "Utile à François Hollande puisqu'il permet de se défouler au premier tour avant d'espérer voter au second tour pour le candidat socialiste, idiot utile de Nicolas Sarkozy, lui permettant de créer une dynamique pour le second tour, et enfin idiot utile de François Hollande et Nicolas Sarkozy réunis, puisqu'il trompe des électeurs qui croient s'attaquer au système en votant pour lui au lieu d'apporter leurs suffrages à la seule candidate anti-système qu'est Marine Le Pen."

C'est néanmoins ses références à l'affaire Merah qui lui ont valu les applaudissements les plus nourris, retrouvant là les fondamentaux du parti frontiste. "Il est de plus en plus difficile d'entrer dans les cases pour avoir droit aux aides sociales", a déploré la candidate, "mais Mohamed Merah, lui, entrait dans les cases, comme des milliers de voyous, récidivistes et criminels sans se croire obligés de respecter la moindre règle, ni la loi". "Eh bien, avec moi, ceux-ci n'y auront plus droit", a-t-elle lancé dans un tonnerre d'applaudissements, avant de prédire un "raz de marée le 22 avril".

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.