Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 10 février 2012

HLM de la mairie de Marseille: Après le système Guérini, le système Gaudin-Muselier ?

Enquête sur les marchés publics des HLM de la mairie


laprovence.com 10/2/1

Plusieurs personnes entendues par la police sur des entorses à la concurrence

 

Confiée au juge Landou, une instruction a été ouverte sur les marchés publics d'Habitat Marseille Provence (HMP), le bailleur social de la Ville de Marseille, notamment pour "détournement de fonds publics" et "atteinte à la liberté des marchés". Elle a conduit depuis le début de l'année à l'audition de plusieurs personnes par la police. Dans le collimateur, une série de dysfonctionnements commis essentiellement à l'époque où HMP était présidé par l'élu UMP Bernard Oliver. Si elles ont été rectifiées depuis l'arrivée à la tête de l'office de Patrick Padovani et de Jean-Luc Ivaldi, un ex-collaborateur de Renaud Muselier, ces entorses à la concurrence ont été identifiées par les services de l'État entre septembre 2009 et avril 2010, à l'occasion d'une enquête de la Miilos, le "gendarme" des HLM. C'est elle qui a saisi la justice, détaillant des"irrégularités en matière de commande publique, réalisée sans mesures de publicité ni mise en concurrence".

Un "parachute doré" de 218 000 euros
Licenciée en 2008, l'ancienne directrice de HMP Nicole l'Hernault a touché une indemnité de 218 000 euros, soit 18 mois de salaire. Un véritable jackpot alors qu'elle était touchée par la limite d'âge, qui autorisait un départ en retraite. Dans un courrier transmis à la Miilos, Bernard Oliver expliquait qu'à la veille des municipales, il avait voulu mettre fin à un conflit entre sa directrice et la mairie, qui aurait pu être récupéré politiquement. Partie civile dans l'instruction du juge Landou, la nouvelle équipe de HMP a également attaqué Nicole l'Hernault au tribunal administratif.

Un contrat prolongé en toute discrétion
En 2003, la société IAG remporte pour trois ans un marché lié aux baux commerciaux d'HMP... qui ne lance pas d'appel d'offres en 2006. IAG a donc poursuivi sa mission en toute illégalité, touchant 271 000 euros. HMP a depuis internalisé cette mission.

le clan des avocats
Dans son rapport, la Miilos pointait des dossiers confiés durant plusieurs années à des cabinets d'avocats pour 735 000 euros "sans mise en concurrence" ni "contrat écrit". En 2009, HMP a fini par créer "un marché d'assistance juridique", remporté notamment par le cabinet de la femme de Renaud Muselier. Favoritisme ?"Elle est arrivée première, on n'allait pas la déclasser, indique-t-on à HMP. Qui plus est, Renaud Muselier n'est pas un de nos administrateurs". Ce cabinet travaille depuis 1995 avec l'office.

Deux marchés sans appel d'offres
HMP avait attribué deux autres marchés sans la moindre mise en concurrence. Le premier concernait des opérations de communication et était confié à Leaders & Opinions, une société qui a toujours été bien vue par l'équipe Gaudin. Le deuxième était celui du contrôle des comptes, exercé par une société présidée par l'élu PS Alexandre Bizaillon.

Publié dans Blog | Commentaires (0) |  Facebook | | |

Les commentaires sont fermés.